La saga des chats !

chats

Il était une fois, un beau matou nommé Moogli qui a un bon 13 ans et 2 déménagements derrière lui. Il a un problème de hanches qui l’empêche de marcher normalement et il aime les caresses, les bains de soleil, le poulet, le yogourt et s’effouerer sur les piles de linge qu’on essaie de plier. Il y a aussi le p’tit dernier de la maison, Frozen. On l’a retrouvé il avait seulement quelques mois, à moitié gelé dans la poubelle d’un voisin pendant un party du jour de l’an ou il faisait -30C dehors. Il est un éternel peureux, mais tellement affectueux avec ceux qui ont réussi à l’apprivoiser, c’est à dire uniquement moi 😉

Avec la confirmation de notre déménagement vers Seattle on a du réfléchir à qu’est ce qu’on faisait avec nos 2 chats. J’ai bien des défauts, mais je suis incapable de faire consciemment du mal à un animal. C’était aussi difficile pour moi de m’imaginer « abandonner » nos chats, même si on leur trouvait de bonne famille, parce que dans mon cœur, ça reste un abandon, pis on abandonne pas la famille comme ça juste parce que ça fonctionne plus. Pis mon p’tit fiston aime son Moogli à la folie. A tous les soirs, Moogli va retrouver mon fils dans son lit pour l’heure du dodo. Il en fallait pas plus pour qu’on décide d’essayer de les faire suivre. Naïvement, je pensais pas que ce sera si difficile (Hahahaha, quelle erreur !)

Étape 1. Le vétérinaire. Pour faire émigrer un chat aux USA, pas besoin de tonnes de formulaire, mais uniquement un vaccin de la rage qui a été administré au moins 30 jours avant le départ. Mais, les compagnies aériennes exigent un certificat de santé émis moins de 10 jours avant le voyage, il faut donc 2 visites différentes chez le Vet.

Étape 2. Ça prend une cage de série 200 pour les voyages en avion avec certains critères comme des trappes d’aération, une porte a l’avant avec un dispositif pour bien fermer la porte. Une cage assez grande pour que le chat puisse être assis et bouger sans problème. Le modèle que j’ai choisi était aussi assez profond pour que je patente une p’tite litière dans le fond de la cage. Le gros luxe, quoi !

Étape 3. Trouver la  bonne compagnie aérienne. C’est la que les problèmes ont commencé. Seulement 2 compagnies aériennes offrent la possibilité d’avoir un animal de compagnie en soute comme les bagages : Air Canada et American Airlines. Dans ma tête d’agent de voyage, je regarde pour Air Canada en me disant on va faire un Montréal -Vancouver sur un de leur gros appareil. Les enfants vont être bien avec leur p’tit écran pendant 5h à écouter des films et moi j’aurai la paix. Ensuite, un p’tit vol Vancouver-Seattle et on est rendu. J’appelle 3 fois avant de réserver les billets d’avion pour m’assurer que le vol que j’ai choisi a bien encore de la place pour accepter 2 chats dans la soute. Les 3 fois on me confirme que tout est Ok. Je donne le OK au chum pour faire la réservation (étant donné que c’est Amazon qui paie). Il m’envoie le # de confirmation de la réservation quelques heures plus tard. Je suis à l’école avec mes zinfins, ma mère et ma belle-mère pour le spectacle de fin d’année des zinfins. Je me dis GO j’ai le temps, j’appelle tout de suite. C’est alors que l’agent avec qui je parle m’informe qu’Air Canada a une politique d’embargo entre le 20 juin et le 13 septembre. Ils embarquent aucun animal en soute à cause de la chaleur de l’été. Heuuuu WTF ?!?!?! J’ai appelé 3 fois semaine dont 1 fois v’la 3 heures, pourquoi personne ne m’a informé de ça ! Je pète une sale coche, le tout dans l’école du spectacle de mes zinfins, de toute beauté ! La dame d’Air Canada me dit, mais pourquoi vous ne les apportez pas en cabine avec vous. La réponse est sortie toute seule :  » Non mais madame, j’aime mes chats mais j’suis pas folle à ce point-la. Mes chats vont miauler pendant 5h30 de temps non-stop, j’ai VRAIMENT pas envie de faire chier les 5 rangées en avant et en arrière de moi avec 2 chats qui miaulent tout le temps, qui vont surement faire caca ou pipi dans leur cage. Je sais pas si vous avez des chats, mais ça sent pas la rose vous savez ! Pis ça va me coûter une fortune en coupe de vin à tout le monde qui sont assis autour de moi pour me faire pardonner. Oubliez ça drette-la ! Pis la je raccroche, je me mets à brailler en me disant non mais kessé que je vais faire avec mes chats. J’ai pas d’autres choix que de regarder avec American Airlines, on a 24h pour annuler nos billets d’Air Canada sans frais. Y’é presque minuit, je suis en attente au téléphone avec American Airlines, je remercie leur ligne téléphonique 24h/24h !!! Je parle avec une p’tite madame super gentille qui regarde les options avec moi. J’avais déja spotté l’itinéraire Montréal – Chicago – Seattle de mon coté, mais la portion Montréal – Chicago se fait sur un maudit p’tit régional jet, tellement petit que même les carry-on ne rentre pas dans les compartiments à bagages ! Conclusion de la discussion avec la p’tite madame, il y a 3 conditions pour apporter des animaux en soute:

  • Il faut que la cage « rentre » dans la soute. On ne peut pas me garantir à 100% que ma cage est correcte, mais généralement la série 200 c’est ok
  • c’est premier arrivé, premier servi au comptoir d’American directement à l’aéroport
  • Il ne faut pas que la température dépasse 85F sur l’itinéraire au complet

Donc, j’ai pas ben le choix, on tente le tout pour le tout avec American.

On établi un plan B avec mes sœurs, que si jamais on se fait refuser les chats à l’aéroport, ma moyenne sœur ramène les chats chez ma grande sœur le temps de voir kessé qu’on fait avec eux.

24 juin, journée du grand départ. Le vet m’a prescrit des calmants pour les 2 chats, mais bien entendu la dose est de 2 comprimés, parce que tsé 1 comprimé ça aurait juste été trop simple. La dose est donnée, on embarque les cages dans l’auto pis on part vers l’aéroport. On a 1h30 de route vers l’aéroport, on arrive 4h d’avance, on a un vol de 2h00, une connexion de 3h00 à Chicago, un vol de 4h00  vers Seattle, puis 30  minutes de route pour l’appart. Ça équivaut à presque 15h a passer dans une cage de 28 x 21 x 21 pouces. Ils sont d’une bonne humeur incroyable et nous le témoigne en miaulant à toutes les 2 secondes pendant l’heure et demi de route vers l’aéroport. Rendu a l’aéroport, je dois aller aux toilettes tour a tour avec les chats, question d’enlever les crottes dans le fond de la cage. Maudit que ça part bien ! On s’en va au comptoir d’American, la madame me voit arriver avec 2 zinfins, 2 cages, 4 valises… sa face a l’air de dire : Pourquoi ça tombe sur moi ! Elle m’explique la procédure et me demande si je suis au courant pour la règle du 85F. Je dis oui, je tente ma chance… elle fait demander le bilan de météo, il fait genre 75F à Montréal, ils annoncent 71F à Chicago et…. 86 à Seattle !! Batard. Elle me regarde et me dit, Bof, tu atterris vers 7h30 ce soir, on va dire que ça va surement être Ok rendu-la. Oufff j’ai les yeux plein d’eau, les chats vont embarquer, enfin, ça marche ! Ça a pris une bon 45 minutes faire notre enregistrement au total. Elle était tellement dans le jus qu’elle a oublié de peser mes valises, ce qui est une maudite bonne chose. Je dois revenir vers 9h30 au comptoir pour mettre des « tie-raps » et ensuite aller porter les chats aux kiosques des bagages surdimensionnés. On en profite pour aller prendre un café et des chocolats chauds en attendant. On se promène avec nos 2 grosses cages sur les p’tits chariots pis tout le monde trouve ça bien drôle. Y’é 9h40 je retourne au comptoir d’American, la fille mets les « tie-raps » et je vais au comptoir pour porter les cages. Il y a la sécurité qui veut inspecter mes cages et le gars me dit : « pourquoi tu as déja mis les « tie-raps » ? Ben c’est pas moi, c’est la fille de American. Il me répond :  » Ben va la chercher, elle avait pas à mettre ça tout de suite. » Faque je refais la distance jusqu’au comptoir d’American pis je vais chercher la fille. Elle est pas contente d’avoir à venir avec moi, mais bon elle ne m’obstine pas trop. 15 minutes plus tard, tout est Ok, les cages ont eu leur inspection, ils sont bons pour partir vers l’avion. Les zinfins disent bye bye aux minous, et on se croise les doigts pour pas qu’ils aient une syncope à 30 000 pieds dans les airs.

Une fois rendu dans notre avion pour le vol Chicago – Seattle, on s’installe dans nos sièges et le hublot donne vue sur les gars qui embarquent les valises et on a vu nos cages ! Les gars rient et prennent des photos de nos cages avant de les mettre sur le convoyeurs. Bref, j’ai vraiment l’impression que mes chats sont le gros show de la journée !

Finalement, après tout ce temps passé en cage, on a récupéré nos chats et nos valises à Seattle. C’est fou a quel point ça attire les regards des gens 2 grosses cages dans un aéroport !

 

Malgré le fait qu’un chat américain nous aurait coûté VRAIMENT moins cher, je suis bien contente d’avoir avec nous nos 2 p’tites bébittes à poil.

 seattle skyline test

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s